Le football est une science (in)exacte

Le football est une science (in)exacte

L’utlisation des statistiques dans le football est un sujet qui porte à débat. Vous voulez une conversation sans fin ? Abordez le sujet de la VAR, du duel Messi ou Ronaldo ou de l’importance des statistiques et du big data dans le football. Malgré le fait que le sujet soit souvent évoqué puisque très fortement mis en avant par les médias et au coeur du fonctionnement des clubs, il est rarement traité sérieusement. Cela tombe bien puisque Le football est une science (in)exacte a tout pour devenir l’ouvrage de référence de ceux s’intéressant au big data dans le football. Un vaste sujet qui méritait bien un livre et sur lequel nous allons aujourd’hui vous livrer notre avis.

Editeur : Amphora
Sortie : 8 novembre 2017
Auteur : Gautier Stangret

Le football est une science (in)exacte – Avis

Derrière le livre Le football est une science inexacte se cache Gautier Stangret, chef de projet audiovisuel dans une agence de communication spécialisée dans la production vidéo. Journaliste notamment passé par LyonMag, Canal+ ou encore Le Progrès signe avec cet ouvrage sa première réalisation pour le petit monde littéraire footballistique mais il s’accompagne néanmoins de noms bien connus. Philippe Doucet, journaliste chez Canal+, pour la préface mais également quelques entraîneurs comme Christian Gourcuff, Guy Roux ou encore Frédéric Antonetti. Si leur participation reste mineure dans l’ouvrage elle permet d’afficher quelques noms ronflants sur la couverture. Reste à voir si le livre est à la hauteur de cette première vue sympathique et surtout des grandes retombées médiatiques dont il a profité !

238 pages pour le football est une science inexacte

L’importance d’évoquer sérieusement le big data dans le football

Avec son sous titre, « Entraîneurs, joueurs, journalistes, spectateurs : comment le Big Data a changé le visage du football ?« , Le football est une science inexacte annonce tout de suite la couleur quand à l’importance qu’a aujourd’hui pris le big data dans le monde du football. Pour autant, lorsque ce sujet est évoqué au détour d’un débat télévisé, c’est souvent pour sortir les éternels « le football n’est pas un sport de stats ». Une affirmation qui, si elle recouvre bien évidemment une part de vérité que le livre souligne d’ailleurs bien, coupe court à tout débat. 

C’est bien dommage car si le big data s’est insinué dans tous les aspects du foot, ce n’est pas pour rien. Ce dernier offre de la matière extrêmement intéressante aux journalistes, et le public en est d’ailleurs très demandeur. Les clubs, de leur côté, s’équipent de plus en plus en outils d’analyse statistiques. Le constat est donc implacable : si le football est une science inexacte, il n’empêche que ses chiffres sont de plus en plus l’objet d’une étude scientifique précise. Il fallait bien un livre pour évoquer ce sujet, et l’intérêt de cet ouvrage n’est donc pas à prouver. 

le football est une science inexacte quatrième de couverture

Un livre offrant une vue exhaustive du rôle du big data dans le foot

Né sous la plume de Gautier Stangret, journaliste de formation, et agrémenté par la participation de nombreux entraîneurs et spécialistes du big data : le football est une science inexacte offre l’immense avantage de ne pas se focaliser que sur un aspect du big data dans ce sport, bien au contraire. Son sommaire pose tout de suite le contexte : club, fournisseurs de contenu, médias et grand public : 4 grands chapitres pour 4 utilisations différentes mais cruciales de la data dans le football. 

Le livre permet ainsi de découvrir comment le big data est utilisé par les clubs pour mesurer la performence d’un joueur, organiser le mercato, améliorer la tactique d’une équipe. Dans un deuxième temps, il emmène le lecteur du côté d’Amisco et Opta, les deux géants de la data permettant à la discipline d’être autant évoluée. L’ouvrage s’intéresse ensuite au traitement médiatique accordé à la data, et enfin comment cette dernière fait désormais partie intégrante de l’expérience du spectateur et joueur amateur de football. 

Les points de vue sont variés, jamais manichéens, et la succession de ces prismes d’approche permettent de comprendre à quel point le sujet est en train de révolutionner le foot. En effet, se focaliser sur l’utilisation des clubs ou des médias serait une grave erreur tant le big data prend mille et une formes et connaît des forces et limites divergeantes selon les milieux où il est utilisé. Le football est une science inexacte est donc parfait dans son angle d’attaque du sujet. Une réussite à saluer tant le sujet aurait pu s’avérer vaste et complexe à traiter sans un cloisonnement aussi pertinent de ses thèmes traités. 

Sommaire du livre le football est une science inexacte

Entre vulgarisation et exemples d’application

Dans son déroulement, le football est une science inexacte est un livre alternant entre la vulgarisation d’un sujet puis la démonstration de son application à travers une succession d’exemples plus ou moins intéressants. Si Gautier Stangret parvient parfaitement à vulgariser le sujet en le rendant accessible sans pour autant le rendre simpliste, les exemples d’application sont parfois un peu moins réussis. 

Si l’on souligne le travail de recherche effectué pour présenter de manière extrêmement intéressante le cas du TSG Hoffenheim ou encore de Brentford, certaines anecdotes sont parfois un peu longuettes et leur succession se fait sentir autant que subir. La plume de Gautier Stangret n’est pas à remettre en cause, son écriture est somme toute classique mais efficace, mais c’est plutôt la construction de l’ouvrage qui pourra perdre quelques lecteurs. En effet, l’enchaînement des exemples d’application, particulièrement dans la partie sur l’utilisation opérée par les clubs, est parfois assez lassante. Il aurait été de bon ton d’entre couper ses anecdotes d’un apport prenant parfois un peu plus de hauteur afin de mieux équilibrer le livre. 

extrait et mise en page de le football est une science inexacte

Enfin une approche sérieuse du big data dans le foot

Pour autant, le livre est quand même plaisant à lire et fait preuve d’une vraie efficacité dans sa promesse, à savoir expliquer comment le big data a changé le visage du football. Loin des arguments de comptoir souvent entendus à ce sujet, l’ouvrage enchaîne les applications des data avec précision et argumentation. Gautier Stangret a effectué un véritable travail de recherches pour recueillir l’avis de nombreux acteurs du foot (au sens large) et cela se ressent. Loin de servir un propos pro ou anti data qu’il chercherait à prouver au cours de son enquête, Stangret offre une vue des limites et bénéfices offerts par la data. 

Il est d’ailleurs intéressant de noter que l’auteur revient également sur la génèse de l’utilisation de la data dans le football puisque ce sport n’est pas considéré comme une discipline se prêtant autant aux statistiques que le baseball ou le basket. Bref, à la fin de le football est une science inexacte, vous aurez enfin une bonne vue sur le sujet. 

Publicité au début du livre

Un livre parfois surprenant dans sa forme et son édition

Fait plutôt rare, nous allons terminer par un petit focus sur l’édition d’Amphora pour ce livre. Si l’on est immédiatement séduits par la magnifique couverture et le format plaisant du livre, quelques points sont néanmoins surprenants. 

Les graphiques sont plaisants mais sont très rares à notre goût pour un livre ayant pour thème principal l’utilisation des chiffres et statistiques dans le football. Attention à ne pas vous fier aux aperçus Amazon mettant en avant les pages les plus illustrées, le livre ne l’est qu’assez rarement. 

On ne s’éternisera pas sur le sommaire qui donnera quelques boutons aux graphistes, les icones illustrant les grands chapitres sont séparés par un trait de la partie qu’ils illustrent et rattaché au précédent chapitre avec lesquels ils sont sans lien. Un détail. 

Un peu plus génant, la publicité présente au début du livre. Vous pouvez l’observez sur la photo au dessus ce paragraphe. Rien de dramatique, mais nous ne sommes pas habitués à ce genre de publicités dans un livre (coûtant d’ailleurs plus de 20€) et souhaiterions ne pas en prendre l’habitude. J’imagine que vous aussi ?

La football est une science inexacte : le livre pour tous les fans de big data et de foot ?

👍 Points positifs

  • Un thème qui méritait d’être traité 

  • Une vulgarisation qui fonctionne parfaitement
  • Une approche multiples : clubs, médias, fournisseurs de contenus et grand public
  • Une approche objective loin des caricatures pro ou anti data
  • Le travail de recherche sur le sujet, sérieux et très appréciable

👎 Points négatifs

  • Parfois un peu lassant dans la succession des exemples d’application

  • L’approche didactique exige un lecteur ayant réellement envie d’apprendre sur le sujet
  • De la publicité au début du livre, sérieusement ?

⚖️ Notre avis final

La prochaine fois qu’un de vos amis se lançera dans un débat endiablé sur l’utilisation des statistiques dans le football, vous pourrez à coup sûr le renvoyer vers le football est une science (in)exacte. Sans réelle concurrence, l’ouvrage devient une référence en la matière. Pour autant, ce n’est pas tant l’absence de challenger que la qualité de son approche et l’efficacité dont le livre fait preuve dans la présentation de l’influence du big data qui en fait un incontournable pour tous ceux s’intéressant au sujet. Presque un livre d’utilité publique, le football est une science (in)exacte gagnerait à être distribué dans de nombreuses rédactions pour donner un peu de hauteur aux débats sur le big data dans le football ! On recommande donc.

%

Vendéen de naissance, Nantais d'adoption depuis maintenant de nombreuses années. Fan de foot et de tout ce qui tourne autour : traitement médiatique, économie, marketing, culture...

Mickaël, de Livre-foot.fr

Papa de Livre-foot

Livres sur la tactique du foot
Livre sur le business du foot
Toutes nos critiques de livre de foot

Votre note pour ce livre :

le football est une science (in)exacte
4.8 (95.65%) 23 votes